EchoJournal.org, un Youtube de l’Échocardiographie

JOSEPH BONAN

25 Avril 2012

Développé par Medgadget, le site des technologies médicales émer- geantes, EchoJournal (http://www.echojournal.org) est un site Internet d’une richesse iconographique sans équivalent, devenu incontournable pour tous ceux que l’échocardiographie intéresse. Plusieurs centaines de documents vidéos ( !) sont disponibles, parfaitement indexés par mots-clés, par auteurs, par pathologies etc.., et couvrant pratiquement tout le spectre de la pathologie cardio-vasculaire. L’ergonomie du site ne déroutera personne tant elle évoque celle de sites plus familiers comme Youtube. Parmi les nombreuses fonctionnalités, les classiques outils de partage, ainsi que la possibilité d’intégrer ces vidéos dans un site sans l’ombre d’un effort, grâce aux snippets (morceaux de code) fournis, exactement à la manière de Youtube, Viméo etc…. Egalement très bien vu, le réglage à l’écran en contraste, luminosité et saturation, comme on le ferait en consultation, sur l’écran de son échographe.

Une adresse à glisser d’urgence, en bonne place, et sans l’ombre d’une hésitation dans ses favoris ! Et un modèle de site que l’on aimerait voir décliner pour d’autres spécialités.

jhjfkjhfkj

sdgsdfdfgd

Réglages par curseurs en luminosité, contraste, et saturation

Entretien avec Christian Delattre, échographiste et ancien Président du SNUDE

CHRISTIAN DELATTRE

20 Avril 2012

Sfaumb Comment est née votre vocation d’échographiste ?

Christian Delattre Durant  mes 10 années d’exercice de la médecine générale, métier que j’aimais beaucoup, j’ai vécu, d’abord avec curiosité puis avec enthousiasme, l’éclosion de cette nouvelle imagerie et son prodigieux essor dans le paysage médical. On peine à décrire ce que fut la révolution apportée par l’échographie à la fin des années 70, dans beaucoup de spécialités, et pas uniquement en gynéco-obstétrique : songez par exemple, qu’un diagnostic de masse surrénalienne se faisait alors par pneumorétropéritoine, examen qui, croyez-moi, n’avait rien d’une partie de campagne pour le patient, pour des résultats pas toujours très convaincants ! Il me serait très facile multiplier les exemples de ce type.

L’échographie m’a apporté beaucoup de satisfactions professionnelles, tant à l’hôpital Broussais que dans mon cabinet libéral à Hazebrouck depuis 1985. J’aime cette imagerie, véritable examen clinique assisté par US, proche du patient, avec l’avantage, par rapport au scanner et à l’IRM, de la dynamique et de l’absence de tout rayonnement ionisant.

Sfaumb A titre personnel, quelles satisfactions professionnelles retenez-vous de votre métier ?

Christian Delattre Chacune de mes vacations d’échographie n’a fait que renforcer ma passion pour une activité si variée dans les pathologies explorées, et si propice aux contacts humains : n’oublions pas que l’échographie implique, à l’inverse de certains actes d’imagerie, une grande proximité avec le(a) patient(e). Je tiens pour un grand privilège le fait d’avoir accompagné les  prodigieux perfectionnements des machines, depuis le balayage manuel puis le temps réel, jusqu’à l’imagerie d’harmonique, les larges bandes, les sondes cavitaires, la très haute fréquence, les différentes évolutions Doppler, le 3-4 D. Peu de spécialités auront connu autant de progrès durant ces 30 dernières années.

Il est difficile de rester insensible aux prouesses diagnostiques de l’échographie : découvertes souvent fortuites d’AAA lors d’une échographie abdominale, d’un cancer du rein asymptomatique lors d’une échographie de prostate, DAN d’une TGV, dépistage d’un col ouvert chez une gémellaire à 22 SA. Je peux donc affirmer que l’écho a été et reste pour moi une authentique passion, et que si c’était à refaire, c’est à coup sûr, la discipline que je choisirais.

Continuer la lecture de « Entretien avec Christian Delattre, échographiste et ancien Président du SNUDE »